11 février 2007

PREALABLE a la lettre P comme .........

Métaphore Du grec μεταφορά, metaphorá, au sens propre, transport, c'est-à-dire une transposition de sens. Le procédé de langage dit métaphore relève de la linguistique et de la rhétorique. Une métaphore est une figure de sens (trope, ou métasémème) dans lequel un mot qui a habituellement un sens A est utilisé avec un sens B. Cette substitution se fait sur la base de propriétés communes aux deux termes (autrement dit, la métaphore suppose toujours une comparaison implicite). Mais l'intérêt de la métaphore est d'attribuer au sens B... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 22:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2007

LA LETTRE P

Saint Claude ou l’art de la pipe à l’usage des turgescents Poursuivant mon supermarché linguistique de la métaphore à l’usage des rustres et des élégants, et suite au tollé qu’a susciter mon texte quelque peu misogyne sur une réalité confondante mais néanmoins en prise avec un vécu douloureux sous les aisselles, je me devais de rectifier le tir et donc d’ajouter à cette œuvre fébrile, débutante, titubante, délirante et titanesque, la description malicieuse de la façon dont depuis des siècles et des siècles(amen),... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 22:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2007

ASTIQUER LE LEVIER(ou comment nettoyer sa voiture)

L'amour en voi  ture(lute !!!  de classe), ça vous tente(à t'yves) ? O(pelle) Belgi que(eue) a eu la malle lisse et la curiosi té(dingue de toi) de réaliser un (e) coloscopie sondage via(ferrata) son site internet sur les comporte  ments (à l'eau)disons " amoureux "(sexueux, libidineux, graveleux, ) des automobi listes(rouges) du Plat Pays( de la fritre à bord).En tout(tout), ce sont six cent inter  nautes(ation) qui ont partici  pé(de loup) à l'enquête. Et les résul  tats(de quoi... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 février 2007

CA RIME A QUOI ?

Pourtant je me démène Assouvir ses ennuis Ses envies dans les miennes Pourquoi elle pourquoi lui La vie est infidèle Elle se trompe d’ennui Pour qui donc se prend-elle Du haut de ses envies Ou est-il ce bonheur Qui nous fuit à grands cris Les bruits et ces senteurs Qui nous mènent toute une vie De ces thèmes imposés Des je t’aime glacés Des cadences effrénées ... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 14:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 février 2007

DIVERSION ET PAS UNE DE BONNE

il est de ces soirées(oport) ou le re mord(ou vif) vous é treint(de nuit) d'avoir com mis(de pain) un texte à ja mais(succulent) vexatoire envers une gente(alu) féminine dont l'humeur et l'humour vacille à la moindre référence (on)pilatoire, pileuse et dermatologique. Je déci dais(à coudre) de passer(composé) sur un mode plus alétoire, l'improvisation sur un pro pos( de vin) vain et ultime à la fois.( re à un euro) Je visite ces temps ci (dessus) à la recherche d'une perle quelques huitres entrou vertes(de peur) qui révèlent aux... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 février 2007

PALPE ROULE ET JEU DE MOTS ( ? ?)

Une peau désséchée est aride, cerveau pas grand chose( ça fume du coté droit sous la couette)
Posté par emile davis à 23:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2007

METAPHORE ALIMENTAIRE A L'USAGE DES RUSTRES ET DES ELEGANTS( de toilette fermé à clé)

J’avais fait un texte qui avait mis mon lectorat dans un tracas et une retenue indicible, je me devais au lendemain de ce jour symbolique pour moi et les miens de retrouver cette ardeur qui faisait le succès (d’estime de mon humble blog, 40 visites jours dont les trois quart de ma famille et le dernier tiers de mes fidèles amis) Par quel biais attaquer après une telle décharge affective, par quel mot fallait’ il que je commence mes digressions sans retenue ? La métaphore culinaire à l’usage des rustres et des... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 février 2007

FIN DE JOURNEE A BULLER

         VERNISSAGE ET COMMERAGE   J’ai été convié hier en fin de journée à un vernissage dans un arrondissement qui se prête de bonne grâce à ce genre de circonvolutions à but pseudo intello et abaissement cutané. Un ami artiste à ces heures,  qui se répand sur la toile comme d’autres dans les tablettes sulfureuses de torchons souillés par la prose imbécile de courtisans zélés, attirés qu’ils sont par la lumière comme une mouche bleue peut l’être par une... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 février 2007

L'ABSENCE LE DEUIL ET L'IMPOSSIBLE SILENCE

(mettre la musique avant, ca fait plus chialer, et c'est le but) 07 février 1973, A 7 heures du matin, au creux de cette cuisine ou je rinçais de façon mécanique le bol de mon adoslescence naissante, face au bahut en formica et sous le néon blaffard de ces cuisines standardisés, j'appris de façon anodine le départ de mon père au bout de 44 ans de vie et six mois de souffrance. De cette cuisine banale somme toute, je garde le souvenir à jamais gravé de la bascule de ma vie, qu'ais je compris à l'époque de la mort et de... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2007

DICTIONNAIRE FRANCO JURASSIEN ESPAGNOL( Saint Claude priez pour nous)

FELLACION : l'art de la taille d'une pipe en milieu alpin mais néanmoins mondain(en castillan, prononcez félassionne)
Posté par emile davis à 14:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]