15 avril 2007

RENCONTRE : 14 (l'horreur du bilan)

Il se réveilla sur le coup de onze heures malgré sa soirée agitée, pas tous les jours qu’on retrouve sa voiture rayée de la sorte mais il avait un mental fort et savait faire face à l’adversité. A quinze jours des élections, cette rayure allait modifier son vote, de tendance modéré en toutes choses, il sentait monter en lui un bulletin de révolte voir nul. Un nespresso bleu clair plus loin, il décida de ne pas aller au dépôt, les chauffeurs connaissaient leur travail et les plannings de tournées étaient programmés bien à... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 09:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2007

RENCONTRE : 13 ( du 3ième type eh oui !!!!)

Elle se retrouva sur le trottoir en moins de temps qu’il n’en faut à un jésuite pour entonner un psaume en latin, et ce afin d’attendre un taxi. Dieu merci, il arriva comme prévu et la ramena à son logis moyennant une soulte peu commune en ces heures tardives. Heures tardives pour elle et l’élégant qui était parti dans son sommeil avec une prestance rare, mais matinale pour notre brave routier qui lui aussi avait fini la soirée sur son adipocyte, et l’avait honoré et déshonoré dans un mouvement premier, avec force et... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 18:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2007

RENCONTRE : 12 ( fin)

Le téléphone sonna, lui sauvant la mise, depuis le temps qu’il la fantasmé, il sentait qu’il allait être à la hauteur de son talent, à savoir deux allers retours. C’était le gardien de l’immeuble qui le prévenait qu’il avait laissé ses feux de positions et qu’il risquait au petit matin de faire appel à une dépanneuse s’il ne descendait pas éteindre. Il remit son pantalon à sa place, et s’excusa auprès de la pâmée qui retenait du coup les râles sourds qui s’échappait de sa gorge enrouée. Il choisit de dévaler... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2007

RENCONTRE : 11 (c'est pas trop tôt, quoi que !)

Il s’approcha de sa voiture, tint la porte à la douce, la claqua sur ce parfum qu’il ne nommait pas, fit le tour par l’arrière, et se mit au volant. Elle ne disait rien comme vaincue et contente de l’être, elle savait que sa nuit finirait loin de ses habitudes et que le détour dont elle avait envie prenait forme soudain en ces heures profondes où le sommeil est roi. Quelques trente minutes plus loin, il rentra dans son parking, coupa le moteur de cette limousine. Le silence emplit le véhicule, lourd de désirs en... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]