08 avril 2007

RENCONTRE : 10 (enfin à table)

Il lui avait laissé le choix des agapes malgré des souvenirs douloureux de précieuses qui savaient profiter de cette offre sincère et délégatrice. Elle avait choisi donc un restaurant pour amoureux de bonne facture, alignement gracieux de tables pour deux, bougies colorées qui animaient les tables de quelques reflets chaleureux, lumière au minimum pour deviner cet autre que l’on voulait voir chavirer sous les effluves d’un verre d’alcool, les couverts étaient dressés avec des brins de paille et la carte montrait un sens certain de... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 08:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 avril 2007

RENCONTRE : 9 ( constat...... à l'amiable)

Des râteaux, il en avait une collection, il en connaissait les prémices, les signes annonciateurs, les formules et la façon de les ranger dans la cabane de son jardin secret personnel. Il avait essuyé des refus autant que de vaisselle du temps de ses études et de son début de vie familiale. Des bâches, il en avait aussi de quoi faire un joli campement. Il en avait senti des refus positifs, fermes et courtois, des envies que l’on évite, des reculs devant la peur de l’échec et du savoir de la douleur d’une rupture. De la... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 09:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 avril 2007

RENCONTRE : 8 (étirement)

De cette solitude il avait organisé le moindre recoin et le sablier qui « timer » son planning. Ainsi tous les matins, après le café serré et le nuage de lait qui se dissipe, il allumait son PC et faisait le tour de sa vie virtuelle, blogs, mails, et autres contacts inconstants via sa messagerie. La toile était tissée, sérieux refuge en ces temps venteux où le dehors effraie et où le confort douillet d’une couette est un artéfact trop plaisant pour en déceler les limites assez visibles. En fait depuis... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 23:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2007

RENCONTRE : 7 (douche et bain moussant)

Il rentra chez lui, se servit un verre de rosé, mit un fond musical tonique et s’installa sur son sofa, longtemps qu’il n’était rentré d’une rencontre issue de son clavier avec une émotion au ventre et une envie de poser les choses. Depuis longtemps, il savait gérer ce temps imparti où la première minute donne le ton de la relation et où la sensation primitive va situer le contact à un niveau soit libidineux pur, soit charnel et sensuel, où va se faire projeter une vie à deux entouré des siens voir plus. La proportion... [Lire la suite]
Posté par emile davis à 16:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]