Le téléphone sonna, lui sauvant la mise, depuis le temps qu’il la fantasmé, il sentait qu’il allait être à la hauteur de son talent, à savoir deux allers retours.

C’était le gardien de l’immeuble qui le prévenait qu’il avait laissé ses feux de positions et qu’il risquait au petit matin de faire appel à une dépanneuse s’il ne descendait pas éteindre.

Il remit son pantalon à sa place, et s’excusa auprès de la pâmée qui retenait du coup les râles sourds qui s’échappait de sa gorge enrouée.

Il choisit de dévaler les escaliers quatre à quatre, un peu d’exercice lui remettant les idées en place.

Arrivé sur place, il s’aperçu d’une rayure sur le coté gauche du bolide, ce qui l’agaçat fort.

Il savait qu’il lui restait un peu de polish et deux trois chiffons dans le coffre, il se mit à l’œuvre, ne supportant aucunement de remettre à demain l’effacement de cette incongruité automobile.

La rayure était profonde et vicieuse, il avait beau frotté, il voyait peu le résultat de ses efforts.

Déçu malgré vingt trois minutes de soin, il décida d’abandonner la partie et de remonter voir la plante afin de finir au plus vite son entrain qui l’était moins suite à cette découverte citadine.

Elle attendait là sur le sofa, une coupe à la main et la libido en bandoulière.

Lui savait que cette contrariété allait amplifier un don pour le départ imminent, l’étreinte furtive et la honte passagère.

Il était plus doué pour les tableaux excell et les réunions d'affaires que pour les têtes à têtes dénudés si je puis dire.

Le one shot il connaissait et était aussi rapide à dégainer que quinze talibans atrabilaires et belliqueux armés de kalachnikov à un poste frontière entre l'Iran et l'Irak.

Le pire, c'est que cela ne lui procurait qu'une honte trés passagère et trés peu de remise en cause.

La reproduction était prévu comme cela, déjà que cela lui coutait une tonne de restaurant et de boissons diverses, il n'allait pas non plus perdre son temps dans des préliminaires trés occidentaux et qui étaient pour lui le symbole d'une société qui s'ennuie ferme.

N'y avait 'il pas mieux à faire que de tourner en rond autour de la promise alors que la finalité est toujours la même.

Il ne dérogea pas à la règle, se répandit en deux temps et trois mouvements sur la belle et son canapé en cuir, s’excusa d’une déconvenue habituelle,  lui proposa d’aller se rafraichir dans un premier temps afin de masquer la semence distribuée de façon généreuse mais désordonnée sur son corps et ses apparats soyeux, puis dans un deuxième temps de finir sa nuit de façon solitaire en sonnant un taxi de nuit.

Il ne supportait pas d'avoir dans son lit qui que ce soit et encore moins donc une douce féminine, de plus suite à l'effort libidineux certes bref mais intense pour lui tout du moins, et aux instants passés à genoux à frotter la carrosserie meurtrie, il tombait de sommeil, et le lendemain, il savait une réunion primordiale et importante voir obligatoire.

Il ne mit donc pas longtemps ce soir là pour s’endormir bien qu’il fut contrarié par la dégradation de sa voiture et des taches sur son canapé………………………..FIN.